04 22 67 94 11
PERMANENCE DÉCÈS
24H/24 - 7J/7

Cérémonies religieuses

Toutes les communautés marquent le départ du défunt et accompagnent ce passage par une cérémonie, qui contribue à perpétuer le souvenir et faciliter le travail de deuil de la famille.

Le cérémonial varie selon les cultes et les religions, mais aussi en fonction de critères plus personnels: l’attachement de l’entourage au défunt, la cohésion de la famille, voire les contraintes budgétaires. Certains apprécieront de partager ce moment avec le plus grand nombre et de réaliser un certain nombre de geste symboliques.

Nos conseillers funéraires qui prépareront les funérailles en fonction de vos souhaits et vos convictions seront également présents le jour des obsèques pour vous assurer que la cérémonie se déroule comme prévue quelque soit votre confession.

Parce qu’il existe différents types de cérémonies religieuses, fonction de vos convictions et de celles du défunt, nous mettons à votre disposition les différents rites funéraires que vous pouvez consulter ci-après.

Le rite funéraire protestant

Les rites funéraires protestants ne prévoient pas de toilette ni de vêtement rituel. La veillée funéraire n’est pas pratiquée et il n’y a pas de directive particulière pour les soins de conservation du défunt.

La mise en bière est effectuée par les professionnels des pompes funèbres, le défunt reposant sur le dos, les mains jointes sur la poitrine. Aucun objet de piété ou crucifix ne doit être ajouté.

La levée du corps nécessite la présence d’un pasteur.

Les funérailles sont en principe célébrées au Temple.

Le conseiller funéraire propose à la famille une large gamme de cercueils. La présence d’une croix nue ou d’une croix huguenote fixée sur le dessus étant facultative. La famille choisit en accord avec le pasteur les lectures, les chants et les musiques. La cérémonie peut avoir lieu sans présence du corps au Temple. La crémation est très pratiquée dans les pays à majorité protestante: dans ce cas, le pasteur accompagne la famille au crématorium. La présence discrète de fleurs est autorisée. A l’issue de la cérémonie, le pasteur se joint à la famille jusqu’au cimetière.

Le choix du monument et des différents symboles religieux appartient à la famille. Il n’existe pas de contre-indication au don du corps (ou don d’organe).

Le rite funéraire catholique

Nos conseillers funéraires sont spécialisés dans les enterrements catholiques. La religion catholique n’exige pas de toilette ni de vêtement rituel pour le défunt. La veillée funéraire est de nos jours peu pratiquée. Les soins de conservation sont autorisés.

Le prêtre (ou un laïque autorisé) procède aux lectures liturgiques au moment de la mise en caveau.

La mise en bière doit être effectuée par les équipes de professionnels de pompes funèbres et il n’y a pas de délai minimum requis. Le défunt repose sur le dos, les mains jointes sur la poitrine. Des objets personnels ou de piété (crucifix, chapelet) peuvent être ajoutés.

Nos conseillers funéraires proposent à la famille une large gamme de cercueils. Les funérailles sont célébrées à l’église, selon les indication du prêtre pour le bon déroulement de la cérémonie.

Le choix des fleurs et du monument funéraire revient à la famille. La religion catholique n’est pas opposée au don du corps (ou don d’organe).

Le rite funéraire musulman

Nos conseillers funéraires sont spécialisés dans les enterrements musulmans. Selon les rites musulmans, la toilette de purification est essentielle. Le lavage du corps doit être effectué par quatre personnes du même sexe que le défunt et instruites dans le rite. Une femme peut cependant faire la toilette de son époux et inversement. Le corps est disposé avec la tête en direction de La Mecque. Il est lavé de haut en bas, trois fois pour chaque partie en commençant par la droite. Le corps est ensuite enveloppé dans un nombre impair de vêtements (trois pièces d’étoffe non cousues). Les bras sont placés le long du corps, les paumes vers le haut, ou croisés sur la poitrine.

Pendant la veillée traditionnelle, des sourates du Coran sont récitées par un Imam ou une personne habilitée. Les soins de conservation du corps sont interdits. Les intervenants se chargent de la mise en bière du défunt: le corps est disposé en direction de la Kaaba. Le cercueil est en bois tendre, avec parfois un capiton vert (couleur de l’Islam), avec ou non un emblème en forme de croissant.

Les funérailles se déroulent en principe sous 24 ou 48 heures. La cérémonie dans le lieu de culte est très peu pratiquée. La participation de la famille intervient à la levée du corps et au cimetière. Traditionnellement, les hommes accompagnent le défunt au cimetière le jour de la cérémonie célébrée par l’Imam, et les femme, le lendemain.

Le monument funéraire doit être simple et orné d’un versé du Coran: pas de marbre, de symbole luxueux ou de photographie. La crémation est interdite chez les musulmans. En principe, il n’y a pas de fleurs.

Le rite funéraire israélite

Nos conseillers funéraires sont spécialisés dans les enterrements juifs. La toilette de purification est réalisée par des membres de la « Hevra Quaddicha », du même sexe que le défunt et sans la famille. Normalement, le corps est ensuite posé à même le sol, enveloppé dans une toile blanche, tête comprise et sans aucun bijou.

La veillée traditionnelle se fait en présence de la famille. Des psaumes sont lus en continu et la présence d’une bougie symbolise l’immortalité de l’âme. Le corps ne doit jamais rester seul. Les soins de conservation sont normalement interdits, sauf en cas de rapatriement en Israël.

Les funérailles doivent être célébrées le plus rapidement possible, en principe sous 24h, mais sans passage par la synagogue. Les étapes du deuil sont strictement définies par les membres de la famille.

Pour la mise en bière, le défunt repose sur le dos, visage tourné vers le haut. Les mains sont le long du corps et la tête repose sur un sachet de terre d’Israël, terre dont le corps est également saupoudré. Le cercueil est en bois simple et peut être orné d’une étoile de David.

La cérémonie se déroule au cimetière: l’oraison funèbre est prononcée par le Rabbin. Chacun jette trois pelletées de terre puis vient la prière des morts. Tous les participants se lavent ensuite les mains, mais sans les essuyer pour rester symboliquement avec le défunt et la famille.

Le monument funéraire doit être posé avant 11 mois: il porte une inscription hébraïque et parfois le symbole de la Table de la Loi. Le don du corps et d’organe sont interdits.